Aujourd'hui 21 septembre nous fêtons : Saint Janvier de Naples - Evêque et martyr à (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte du P. Bernard Jobert
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez le père Bernard Jobert
  • Depuis le site Rcf.fr

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    1er mars Mercredi des Cendres

    Cette semaine c’est le père Bernard JOBERT, curé de la paroisse Sainte-Jalle-sur-Rhône, qui nous accompagne.



    Saint Aubin d’Angers
    Abbé de Tincillac puis évêque (✝ 550)

       

    Et comme tous les mercredi l’équipe Catéchèse nous propose une animation pour les enfants : Mercredi 1 mars (Mercredi des Cendres) - Enfants

    Commentaire

    Mot d’accueil de Mgr P-Y Michel

    Méditation du mercredi 1er mars (Cendres) :

    Le début du Carême, c’est toujours une période forte, mais nous l’abordons avec peut-être un peu d’appréhension parce que c’est une période de combat spirituel, peut-être avec un peu de timidité parce que nous nous disons « au fait, qu’est-ce qu’il faut faire au Carême ? », alors, ce n’est pas une question de falloir, mais plutôt de retrouver le sens de la pénitence. Et par exemple les normes complémentaires du Droit canon, promulguées par la Conférence des évêques de France, demandent aux chrétiens « de traduire en actes leur volonté de se conformer à Jésus-Christ, notre sauveur, d’approfondir la conversion baptismale, de rejoindre tous ceux qui, près de nous et à travers le monde, sont dans le besoin (…) pendant le Carême, 1 - de s’abstenir de viande le vendredi s’ils le peuvent, 2 - le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint, ils s’abstiennent de viande et jeûnent en se privant substantiellement de nourriture selon leur âge et leurs forces, et réservent un temps notable pour la prière. (c. 1251) ».

    Alors, quelquefois nous avons oublié le jeûne, et quelquefois aussi, nous sommes bien confus en entendant nos frères musulmans, et plus encore les nouveaux chrétiens issus de l’Islam nous demander « et le jeûne chez les chrétiens, ça se passe comment ? ». Et bien, testons ce jeûne, puisque Jésus dans l’Évangile d’aujourd’hui nous dit : « Mais toi, quand tu jeûnes… ». Ce jeûne qui fait partie de toutes les cultures spirituelles, retrouvons-le. Et surtout, retrouvons le sens, et pas seulement les jours prescrits : le jeûne, quand nous avons faim, nous nous privons pour reprendre la maîtrise sur notre gloutonnerie ou sur certaines tensions avec notre corps. « Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ». Il peut y avoir des violences intérieures quand nous ressentons la faim, mais justement Jésus nous demande de le faire avec amour, pour reprendre le contrôle de nous-mêmes et être purifié d’illusions, pour mieux aimer les autres, pour être plus solidaires de ceux qui ont faim.

    Père Bernard JOBERT

    Première Lecture

    Au livre du prophète Joël 2, 12-18

    Maintenant – oracle du Seigneur –
    revenez à moi de tout votre cœur,
    dans le jeûne, les larmes et le deuil !
    Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements,
    et revenez au Seigneur votre Dieu,
    car il est tendre et miséricordieux,
    lent à la colère et plein d’amour,
    renonçant au châtiment.
    Qui sait ? Il pourrait revenir,
    il pourrait renoncer au châtiment,
    et laisser derrière lui sa bénédiction :
    alors, vous pourrez présenter offrandes et libations
    au Seigneur votre Dieu.
    Sonnez du cor dans Sion :
    prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle,
    réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte,
    rassemblez les anciens,
    réunissez petits enfants et nourrissons !
    Que le jeune époux sorte de sa maison,
    que la jeune mariée quitte sa chambre !
    Entre le portail et l’autel,
    les prêtres, serviteurs du Seigneur,
    iront pleurer et diront :
    « Pitié, Seigneur, pour ton peuple,
    n’expose pas ceux qui t’appartiennent
    à l’insulte et aux moqueries des païens !
    Faudra-t-il qu’on dise :
    “Où donc est leur Dieu ?” »
    Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays,
    il a eu pitié de son peuple.

    Psaume

    Psaume 50,3-4,6ab,12-13,17

    R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché !

    Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
    selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
    Lave-moi tout entier de ma faute,
    purifie-moi de mon offense.

    Oui, je connais mon péché,
    ma faute est toujours devant moi.
    Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
    ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

    Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
    renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
    Ne me chasse pas loin de ta face,
    ne me reprends pas ton esprit saint.

    Rends-moi la joie d’être sauvé ;
    que l’esprit généreux me soutienne.
    Seigneur, ouvre mes lèvres,
    et ma bouche annoncera ta louange.

    Deuxième Lecture

    Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens 5,20-6,2

    Frères,
    nous sommes les ambassadeurs du Christ,
    et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
    nous le demandons au nom du Christ,
    laissez-vous réconcilier avec Dieu.
    Celui qui n’a pas connu le péché,
    Dieu l’a pour nous identifié au péché,
    afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
    En tant que coopérateurs de Dieu,
    nous vous exhortons encore
    à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.
    Car il dit dans l’Écriture :
    Au moment favorable je t’ai exaucé,
    au jour du salut je t’ai secouru.
    Le voici maintenant le moment favorable,
    le voici maintenant le jour du salut.

    Évangile

    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
    Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.
    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6, 1-6, 16-18

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
    « Ce que vous faites pour devenir des justes,
    évitez de l’accomplir devant les hommes
    pour vous faire remarquer.
    Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous
    auprès de votre Père qui est aux cieux.

    Ainsi, quand tu fais l’aumône,
    ne fais pas sonner la trompette devant toi,
    comme les hypocrites qui se donnent en spectacle
    dans les synagogues et dans les rues,
    pour obtenir la gloire qui vient des hommes.
    Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu fais l’aumône,
    que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
    afin que ton aumône reste dans le secret ;
    ton Père qui voit dans le secret
    te le rendra.
    Et quand vous priez,
    ne soyez pas comme les hypocrites :
    ils aiment à se tenir debout
    dans les synagogues et aux carrefours
    pour bien se montrer aux hommes
    quand ils prient.
    Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu pries,
    retire-toi dans ta pièce la plus retirée,
    ferme la porte,
    et prie ton Père qui est présent dans le secret ;
    ton Père qui voit dans le secret
    te le rendra.

    Et quand vous jeûnez,
    ne prenez pas un air abattu,
    comme les hypocrites :
    ils prennent une mine défaite
    pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent.
    Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu jeûnes,
    parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
    ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes,
    mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ;
    ton Père qui voit au plus secret
    te le rendra. »


    - livre du prophète Joël 2, 12-18
    - Psaume 50,3-4,6ab,12-13,17
    - La deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens 5,20-6,2
    - Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6, 1-6, 16-18





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP