Aujourd'hui 20 novembre nous fêtons : Saint Edmond le Martyr - roi d’Est-Anglia, (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
2015, année de voyages pour le pape, peut-être pas encore en France

Après avoir annoncé une visite du pape François l’an prochain dans l’Hexagone, le Vatican envisage actuellement son éventuel report en 2016, compte tenu d’un agenda de voyages déjà chargé l’an prochain et de la réforme en cours de la Curie


   

Le pape François désire venir en France, mais il ne sait pas encore précisément quand. C’est ce qu’il a indiqué le 18 décembre à la conférence des évêques de France, dont il recevait la présidence - Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, et les vice-présidents, Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, et Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis, ainsi que le secrétaire général, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas. Le pape leur a énuméré huit à neuf voyages qu’il devrait accomplir en 2015, sans être certain à ce stade de pouvoir y insérer l’Hexagone, comme a expliqué à la presse Mgr Pontier. Sa visite serait alors décalée à « début 2016 » – un possible report déjà évoqué plus tôt dans la semaine par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, recevant Nicolas Hulot comme envoyé spécial du président Hollande sur le climat.

Des voyages fixés, d’autres envisagés

De fait, l’année à venir s’annonce déjà chargée en déplacements pour le pape. Il partira le 12 janvier prochain pour un deuxième voyage en Asie (après la Corée cet été), le menant au Sri Lanka puis aux Philippines. Il a officialisé aussi sa visite fin septembre aux États-Unis, à l’occasion de la rencontre internationale des familles de Philadelphie. Entre-temps, plusieurs visites sont prévues en Italie : Naples, Florence et Turin, ville non loin de laquelle il retrouvera aussi la région d’où a émigré sa famille.

D’autres destinations sont aussi envisagées, sans être annoncées : les Balkans, notamment la Bosnie, dans le cadre du centenaire de la Première guerre mondiale, Avila, la ville de sainte-Thérèse en Espagne, dans le cadre de l’année de la vie consacrée, l’Afrique enfin, continent non encore visité depuis le début du pontificat et où le pape François est aussi très attendu.

Celui qui invite à sortir aux périphéries entend davantage montrer l’exemple. Il se montre en ce sens désormais plus disposé, qu’au début de son pontificat, à accomplir des voyages. Mais il sait aussi que la réforme de la Cure romaine exige de ne pas s’absenter de trop – bien que cela ne dérange pas certains à Rome, a-t-il également compris.

Trois jours et trois lieux en France

Le principe d’un voyage en France reste toutefois solidement acquis et 2015 n’est pas non plus abandonné, pour l’heure. Même si les six mois de préparation que requiert au moins un tel déplacement excluent a priori la première moitié de l’année prochaine. Celle-ci avait été annoncée par le Vatican en septembre dernier, pour prévenir les frustrations liées au fait que la récente visite du pape à Strasbourg était uniquement dédiée aux institutions européennes, sans partie proprement française.

La future visite en France aura cette fois un caractère pastoral. Elle devrait se dérouler sur trois jours et sur trois lieux. Si Paris s’impose, sans être nécessairement une longue étape, et Lourdes est toujours évoqué, le troisième lieu reste le plus flou pour l’heure. Le pape François avait juste lancé à ce sujet à la presse, dans le vol retour de Strasbourg, avoir demandé « une ville où aucun pape n’ait jamais été, pour saluer ses habitants ». Mgr Pontier, archevêque de Marseille, ne s’opposerait bien sûr pas à une étape du pape dans la cité phocéenne.

« Le pape n’a pas caché qu’il avait déjà reçu beaucoup d’invitations de la part d’évêques français et qu’il lui faudra choisir. Il ne pourra pas venir partout où on l’a invité ! », a commenté Mgr Carré sur le site de la Cef : « Rien n’est décidé encore de façon absolue. Nous n’avons encore ni programme défini, ni dates précises. »

Les évêques lui ont soumis des thèmes pour le voyage

Les évêques français ont surtout exprimé au pape les thèmes qu’ils suggéraient pour sa visite. Il s’agirait notamment des personnes souffrantes et handicapées, des migrants et des familles en difficulté. En revanche, l’environnement ne paraît pas retenu, de surcroît si la visite se déroulait après la conférence climat de Paris de décembre 2015, à laquelle le Saint-Siège compte sensibiliser l’opinion autrement alors qu’une encyclique sur l’écologie humaine est attendue avant l’été prochain. La visite en France n’est pas non plus liée à une date spéciale commémorative.

S’exprimant en italien, le pape a écouté la délégation épiscopale française, prenant lui-même des notes. Hormis le projet de visite pastorale, les évêques ont évoqué avec lui le dialogue avec l’Islam, les débats autour de la loi sur la fin de vie et la préparation dans les diocèses du prochain Synode sur la famille. « Le pape veut un débat », a rendu compte Mgr Pontier, évoquant le nouveau questionnaire préparatoire dont chaque diocèse doit s’emparer, avant une mise en commun fin mars à Lourdes.

L’épiscopat français songe aussi à proposer au Vatican une candidature de Paris pour accueillir la prochaine rencontre internationale des familles en 2018 et les Journées mondiales de la jeunesse.

Sébastien Maillard (à Rome)
http://www.la-croix.com






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP