Aujourd'hui 17 novembre nous fêtons : Sainte Elisabeth de Thuringe - Elisabeth de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Bien reçu !
   

Ces deux mots sont utilisés par les opérateurs radio comme des équivalents des « accusés de réception » des courriers électroniques ou des lettres recommandées. En fait, ils ne signifient pas seulement que le message est bien arrivé mais aussi qu’il est bien compris. Bien recevoir, bien comprendre, voilà des enjeux importants dans nos relations humaines. C’est une évidence de dire que, dans notre société dite de communication, la communication de base, interpersonnelle, va mal. La scène du couple attablé dans un bar et accaparé par des conversations téléphoniques individuelles ne prête plus à sourire. La perte de qualité de relation est liée à la perte de notre capacité à accueillir, à recevoir et cette perte résulte en partie d’une pensée actuelle quasi unique : la compétition. Nous la retrouvons à de nombreux niveaux : scolaire, sportif, étudiant, professionnel... et elle en infecte d’autres : familial, associatif... Certains de ceux qui se sortent le moins mal de cette mélasse ont l’outrecuidance d’affirmer qu’ils se sont faits tout seuls oubliant de porter un regard réaliste sur leur histoire et d’y voir ainsi combien ils ont reçu des autres. En ces temps où des sacrements sont célébrés solennellement dans notre chère Drôme (baptêmes, confirmations, premières communions, mariages, ordinations), nous est redit que Dieu donne, notamment par les autres. Ainsi nous sommes invités à bien recevoir ce qui nous vient des autres, ce qui nous vient de Dieu en disant simplement « Bien reçu » qui, dans le « patois » de l’Église se dit « Amen ».

P. Pierre Charignon
Drôme-Hebdo du jeudi 15 mai 2014






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP