Aujourd'hui 21 novembre nous fêtons : Présentation de la Vierge Marie -

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Décider de se battre
   

Après le choc de l’annonce, quand la maladie est mieux connue, éventuellement mieux acceptée, l’avenir demeure un défi permanent.

D’intenses remaniements psychiques s’effectuent et débouchent souvent sur une phase de « négociation » avec la maladie : le malade réalise que celle-ci est un événement à part entière de sa propre histoire. Il commence à se « battre » quand il a enfin accepté que la maladie était bien la sienne, qu’il fallait bien qu’il l’accepte... Ceci le pousse à agir, en particulier face au monde médical, pour réclamer des informations, ne tenir aucun traitement pour acquis, défendre bec et ongles sa liberté de patient.

Extrême-onction, ou sacrement des malades ?
Autrefois, l’« extrême onction » était considérée comme la préparation immédiate à la mort. Mais l’Église a voulu restaurer le sens premier et authentique de ce sacrement : il s’adresse à tous ceux qui souffrent gravement dans leur corps, même s’ils ne sont pas sur le point de mourir et peut être reçu plusieurs fois. Il consiste en une prière d’appel de l’Esprit Saint, une imposition des mains et des onctions d’huile sur le front et sur les mains pratiquées par un prêtre.





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP