Aujourd'hui 23 septembre nous fêtons : Saint Maurice - et ses compagnons de la légion (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Deux nouveaux diacres pour le diocèse de Valence

Samedi 12 novembre à 15h à la Cathédrale de Valence, Mgr Pierre-Yves Michel ordonnera deux nouveaux diacres pour le diocèse de Valence :
Georges Barros et Philippe Vandevoorde.


   

Georges Barros

« Né à Pontault-Combault en Seine et Marne (77), fils de parents portugais, ouvriers, catholiques mais très peu pratiquants, venus en France avec la grande vague d’immigration de la fin des années cinquante, dans l’idée de bâtir une vie meilleure pour leurs futurs enfants. Je grandis dans la double culture avec ses avantages et ses inconvénients. Le Français à l’école et le Portugais à la maison, pas facile de faire ses devoirs tout seul. Catéchisme, première communion et communion solennelle pour faire comme les autres. A 18 ans j’opte pour la nationalité Française et à 22 je fais mon service militaire en Alsace. Premier choc, je côtoie des Français pures souches qui ne savent ni lire ni écrire. Finalement j’avais peut-être eu plus de chance que certains.

À 23 ans je travaille comme dessinateur industriel d’abord pour l’industrie automobile et 3 ans plus tard dans les dispositifs médicaux implantables. Après avoir gravis tous les échelons je suis aujourd’hui responsable du bureau d’études, je suis très fière de savoir que grâce à mon travail des personnes peuvent retrouver une mobilité perdue. Entre temps à 27 ans je rencontre Alzira, jeune portugaise issue d’une famille catholique pratiquante qui finit ses études de comptable. Nous nous marions l’année suivante.
Deux enfants vont naître de notre amour. Emilie et Gilles. En inscrivant nos enfants au caté, et guidé par un ami prêtre, je ressens le besoin de refaire toute mon initiation catholique.
Après 18 ans à accompagner plusieurs générations d’enfants en catéchisme, parcours Eucharistique, parcours baptême et aumônerie, je reçois très clairement, dans mon cœur, un appel qui m’invite à me préparer car le Seigneur allait avoir besoin de moi. Quelle joie de recevoir la confirmation le même jour que ma fille, j’ai alors 47 ans.

En 2011 je reçois une proposition pour intégrer une équipe associée à un Aumônier de prison. En 2012 je suis interpellé pour réfléchir à suivre une formation en vue du Diaconat permanent. En avril 2016 je suis nommé Aumônier catholique bénévole au centre pénitentiaire de Valence. L’Eglise m’a appelé à servir mes frères, et plus particulièrement les plus démunis. C’est humblement qu’en ce 12 novembre 2016 je recevrai en la cathédrale St Apollinaire de Valence le sacrement de l’ordre et serai vêtu de l’étole diaconale pour être serviteur de la Parole, de la Liturgie et de la Charité. Mon double enracinement d’homme engagé dans la vie et de ministre ordonné me conférera un rôle de pont entre l’Église et la société des hommes. »

Philippe Vandevoorde

« Je suis marié avec Élisabeth Vandevoorde depuis 37 ans. Nous avons quatre enfants et cinq petits-enfants.

J’ai été élevé dans la foi catholique et j’ai toujours été pratiquant régulier, sauf au moment de l’adolescence. Élisabeth et moi nous sommes connus jeunes, à 16 ans, et notre pratique de la foi ne s’est jamais interrompue depuis. Nous avons élevés nos enfants dans la foi catholique et tous sont pratiquants à ce jour.

Je suis notaire à Valence depuis 1985 (déjà 32 ans !). Le rôle « social » du notaire me paraît primordial : le notaire doit être apaiseur de tensions et, pour cela, il doit être constamment à l’écoute, accueillir des confidences, susciter la direction à prendre, mais sans jamais l’imposer. En fait, il doit « aimer » ses clients. N’est-ce pas là un parallèle avec la mission du diacre ?

Concernant l’appel au diaconat, je suis très sensible à cette notion d’appel, au sens où Jésus a appelé ses disciples : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis ». J’ai une confiance totale dans le Seigneur : je sais qu’il m’aidera et me guidera dans la mission qui me sera confiée. La grâce du sacrement de l’ordination me donnera la capacité de servir, alors que mes pauvres capacités humaines ne me le permettraient pas !

Enfin, je pense que la mission du diacre, quelle qu’elle soit, doit être enracinée dans la prière : comment pourrions-nous servir avec efficacité sans au préalable s’abreuver à la Source elle-même ? Seul cet enracinement dans la prière, ce cœur-à-cœur quotidien avec notre Seigneur peut permettre d’être signe de la présence de Dieu dans l’environnement familial, professionnel, amical ou relationnel.

Pour moi, la principale mission du diacre, c’est d’abord cela : être « signe » de Dieu pour les autres, sans étendards ni éclats, mais dans la discrétion et l’humilité. »






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP