Aujourd'hui 17 novembre nous fêtons : Sainte Elisabeth de Thuringe - Elisabeth de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Dieu m’a schtroumpfé
   

Interceptée à la terrasse d’un café, je ne résiste pas à vous livrer cette conversation entre jeunes. L’ai-je grappillé en Bretagne, au festival des vieilles charrues, ou en Auvergne, au festival du théâtre de rue d’Aurillac, peu importe ...

- Le langage d’Eglise, c’est pas super fun .
- Le curé peut le chanter sur tous les tons, pour moi c’est toujours « Dieu m’a schtroumpfé » !

De la cour d’école à la tribune politique, du tweet à la thèse, du verdict médical à la dispute conjugale, l’art de l’incompréhension reste l’un des grands mystères universels les plus difficiles à élucider.

Certains se comprennent à demi-mot tandis que d’autres n’arriveront jamais à s’entendre. Même en usant de la même langue, nous ne mettons pas la même réalité sous les mêmes mots. Qu’il suffise d’évoquer le mot « mariage » pour voir apparaître les clivages ! L’argument n’est pas toujours la meilleure arme du dialogue, et l’art de convaincre n’est le plus souvent qu’une manière de défendre sa propre cause. Le langage crée la confusion, et Babel est sans cesse revisité.

Malgré le verbiage abscons des célèbres petits lutins bleus, la communication fonctionne « schtroumpfement » bien. Il subsiste finalement assez d’informations pour que la phrase soit comprise. Sans doute que les ressources contextuelles du dessin le favorisent. Faut-il penser que le langage de la tribu reste le meilleur atout pour se comprendre, voire se défendre ?

On sait bien que les métiers ont besoin d’un jargon spécifique. Du langage codé d’une discipline au langage crypté, il n’y a qu’un pas qu’il est plus aisé à franchir qu’à éviter.

L’une d’entre nous, qui enseigne dans un lycée de sourds et malentendants, me confiait l’aridité du chemin de communication avec certains élèves, et sa joie quand elle avait pu désamorcer ce qui du langage crée la défiance ou la rupture. Depuis ses origines, l’Eglise est appelé à vivre ce déplacement exigeant de la rencontre et du dialogue : entendre l’autre s’exprimer dans sa langue maternelle.

Arnaud Favart
Vicaire général de la Mission de France






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP