Aujourd'hui 20 octobre nous fêtons : Sainte Adeline - Abbesse à Mortain (✝ 1125)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte du P. Bernard Jobert
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez le père Bernard Jobert
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Jeudi 2 mars 2017

    Cette semaine c’est le père Bernard JOBERT, curé de la paroisse Sainte-Jalle-sur-Rhöne, qui nous accompagne.



    Bienheureux Charles le Bon
    Comte de Flandre, martyr (✝ 1127)

       

    Commentaire

    Ce jeudi après les Cendres nous fait entrer un peu plus dans le sens du Carême. Dans la première Lecture (Deutéronome 30, 15-20), il y a une des perles sur la loi de Dieu qui n’est pas pour nous étouffer, plutôt un repère pour nous encourager, nous pousser de l’avant, nous faire comprendre où est notre Bien : « Moïse disait au peuple : « Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur. Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances. » ; et plus loin : « je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance ».

    Dans le passé, nous avons été encombrés par ce sens moral erroné de « il faut faire comme ça. Tu dois. Tu dois pas… », et ça c’était une mauvaise piste, qui a provoqué comme en retour de balancier le « il est interdit d’interdire » de mai 68, et toutes sortes de bizarreries comme s’il n’y avait plus de loi morale. Non ! Le sens moral, c’est : certaines de mes actions me conduisent à la vie et au bonheur ; mais si je m’en détourne, si je n’écoute pas la voix de ma conscience, si volontairement ou par négligence je laisse tomber cette exigence du bien et je fais le mal, survient le malheur.

    Dans ce texte, ce qui est beau, c’est son côté radical : oui-non, blanc-noir, et en début de Carême, c’est bon de se décider en disant : « Aujourd’hui c’est oui ! Et donne-moi, Seigneur, la force de tenir, et donne-moi l’enthousiasme, car je sais que cette détermination vers le bien va se traduire en gestes que tu m’inspires, et je vais essayer avec ta grâce de l’accomplir, non pas pour prouver que je suis meilleur que les autres, mais pour bâtir la vie. Alors, oui, Seigneur, aujourd’hui je veux de te prier d’avantage, je veux poser un certain nombre de gestes de renoncements à ce qui m’étouffe, ce qui m’encombre, tout ce qui est de l’ordre du gaspillage (avec après cela, la nausée qui suit). Seigneur, je suis tellement content que tu nous éclaires durant ce Carême un chemin de purification, pour que je rentre davantage dans ta vie ! »

    Père Bernard JOBERT

    Première lecture

    Lecture du livre du Deutéronome 30, 15-20

    Moïse disait au peuple :
    « Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi
    ou bien la vie et le bonheur,
    ou bien la mort et le malheur.

    Ce que je te commande aujourd’hui,
    c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu,
    de marcher dans ses chemins,
    de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances.
    Alors, tu vivras et te multiplieras ;
    le Seigneur ton Dieu te bénira
    dans le pays dont tu vas prendre possession.

    Mais si tu détournes ton cœur,
    si tu n’obéis pas,
    si tu te laisses entraîner
    à te prosterner devant d’autres dieux
    et à les servir,

    je vous le déclare aujourd’hui :
    certainement vous périrez,
    vous ne vivrez pas de longs jours
    sur la terre dont vous allez prendre possession
    quand vous aurez passé le Jourdain.

    Je prends aujourd’hui à témoin contre vous
    le ciel et la terre :
    je mets devant toi la vie ou la mort,
    la bénédiction ou la malédiction.

    Choisis donc la vie,
    pour que vous viviez, toi et ta descendance,
    en aimant le Seigneur ton Dieu,
    en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ;
    c’est là que se trouve ta vie, une longue vie
    sur la terre que le Seigneur a juré de donner
    à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »

    Psaume Psaume (1, 1-2, 3, 4.6)

    R/ Heureux est l’homme
    qui met sa foi dans le Seigneur. (39, 5a)

    Heureux est l’homme
    qui n’entre pas au conseil des méchants,
    qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
    ne siège pas avec ceux qui ricanent,
    mais se plaît dans la loi du Seigneur
    et murmure sa loi jour et nuit !

    Il est comme un arbre
    planté près d’un ruisseau,
    qui donne du fruit en son temps,
    et jamais son feuillage ne meurt ;
    tout ce qu’il entreprend réussira.
    Tel n’est pas le sort des méchants.

    Mais ils sont comme la paille
    balayée par le vent.
    Le Seigneur connaît le chemin des justes,
    mais le chemin des méchants se perdra.

    Évangile

    « Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera »

    Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.
    Convertissez-vous, dit le Seigneur, car le royaume des Cieux est tout proche.
    Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 22-25

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
    « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
    qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
    qu’il soit tué,
    et que, le troisième jour, il ressuscite. »

    Il leur disait à tous :
    « Celui qui veut marcher à ma suite,
    qu’il renonce à lui-même,
    qu’il prenne sa croix chaque jour
    et qu’il me suive.
    Car celui qui veut sauver sa vie
    la perdra ;
    mais celui qui perdra sa vie à cause de moi
    la sauvera.
    Quel avantage un homme aura-t-il
    à gagner le monde entier,
    s’il se perd ou se ruine lui-même ? »


    - Lecture du livre du Deutéronome 30, 15-20
    - Psaume (1, 1-2, 3, 4.6)
    - Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 22-25





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP