Aujourd'hui 20 octobre nous fêtons : Sainte Adeline - Abbesse à Mortain (✝ 1125)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte de Bernard Finot
[ Commentaire audio ]
Ecoutez Bernard Finot
Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Jeudi 23 mars

Cette semaine, Bernard FINOT, diacre, nous accompagne dans cette Pause Carême



Saint Alphonse Turibe de Mogrovejo
Archevêque de Lima (✝ 1606)

   

Commentaire

Aujourd’hui dans l’Évangile, la présence du démon se manifeste à nouveau : « Jé-sus expulsait un démon qui rendait un homme muet. » (Lc 11,14). Chaque fois que les textes nous parlent du démon, nous nous sentons peut-être un peu mal à l’aise, un peu pris au dépourvu. En tout cas, il est vrai que le mal existe, et qu’il a des ra-cines si profondes que nous ne pouvons pas les éliminer totalement. Il est aussi vrai que le mal se répand : il “travaille” tout le temps et nous ne pouvons guère le do-miner. Mais Jésus est venu pour combattre les forces du mal, le démon. Lui seul peut le rejeter, car Lui seul l’a vaincu définitivement.
Immédiatement après ce miracle, la division se créée entre les personnes présentes, et nous retrouverons cette division dans l’Évangile de dimanche prochain, la piscine de Siloé, où certains voudraient attribuer la guérison de ce muet au chef des démons. C’est une attitude fréquente chez Satan de travestir la vérité, de diviser et créer le doute. Satan sépare les hommes entre eux et il sépare les hommes de Dieu, il cherche à rompre notre relation à Dieu. Nous en sommes nous-mêmes souvent les témoins dans notre vie quotidienne. Il nous est souvent facile d’accuser les autres, on le trouve déjà dans la Genèse : « Ce n’est pas moi, c’est le serpent... » et c’est ce que font certains dans ce récit, en calomniant Jésus, en disant que Jésus est le chef des démons et que c’est pour cela qu’il peut commander aux autres démons.

La réponse de Jésus montre l’absurdité de l’argument de ses contradicteurs, et il nous appel à l’unité, à ne pas tomber dans le piège de la division. La désunion est un ferment maléfique et destructeur, la division crée l’incompréhension entre nous, et c’est bien là un des problèmes de notre monde actuel qui se distingue par ce type d’esprit mauvais qui empêche la compréhension et la reconnaissance des uns pour les autres.

Quelle est notre participation à ce refus du mal ? Faisons-nous le nécessaire pour que nous puissions discerner les œuvres du mal ? La réponse de chacun, c’est-à-dire notre collaboration personnelle à la lutte contre le mal est d’une importance capitale. C’est du cœur que proviennent les pensées mauvaises nous dit saint Matthieu au chapitre 15 verset 19. Faisons-nous le maximum pour expulser ces pensées mauvaises de notre cœur ?

Bernard Finot

Lecture

« Voilà bien la nation qui n’a pas écouté la voix du Seigneur son Dieu »

Lecture du livre du prophète Jérémie 7, 23-28

Ainsi parle le Seigneur :
Voici l’ordre que j’ai donné à vos pères :
« Écoutez ma voix :
je serai votre Dieu,
et vous, vous serez mon peuple ;
vous suivrez tous les chemins que je vous prescris,
afin que vous soyez heureux. »
Mais ils n’ont pas écouté,
ils n’ont pas prêté l’oreille,
ils ont suivi les mauvais penchants de leur cœur endurci ;
ils ont tourné leur dos et non leur visage.
Depuis le jour où vos pères sont sortis du pays d’Égypte
jusqu’à ce jour,
j’ai envoyé vers vous, inlassablement,
tous mes serviteurs les prophètes.
Mais ils ne m’ont pas écouté,
ils n’ont pas prêté l’oreille,
ils ont raidi leur nuque,
ils ont été pires que leurs pères.
Tu leur diras toutes ces paroles,
et ils ne t’écouteront pas.
Tu les appelleras,
et ils ne te répondront pas.
Alors, tu leur diras :
« Voilà bien la nation qui n’a pas écouté
la voix du Seigneur son Dieu,
et n’a pas accepté de leçon !
La vérité s’est perdue,
elle a disparu de leur bouche. »

Psaume

Psaume 94, 1-2, 6-7ab, 7d-9a

R/ Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur.

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
où vos pères m’ont tenté et provoqué. »

Évangile

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11, 14-23

En ce temps-là,

Jésus expulsait un démon qui rendait un homme muet.
Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler,
et les foules furent dans l’admiration.
Mais certains d’entre eux dirent :
« C’est par Béelzéboul, le chef des démons,
qu’il expulse les démons. »
D’autres, pour le mettre à l’épreuve,
cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit :
« Tout royaume divisé contre lui-même devient désert,
ses maisons s’écroulent les unes sur les autres.
Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même,
comment son royaume tiendra-t-il ?
Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul
que j’expulse les démons.
Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse,
vos disciples, par qui les expulsent-ils ?
Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges.
En revanche, si c’est par le doigt de Dieu
que j’expulse les démons,
c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous.
Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais,
tout ce qui lui appartient est en sécurité.
Mais si un plus fort survient et triomphe de lui,
il lui enlève son armement, auquel il se fiait,
et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé.
Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ;
celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. »


- Au livre du prophète Jérémie 7, 23-28
- Psaume 94, 1-2, 6-7ab, 7d-9a
- Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11, 14-23





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP