Aujourd'hui 17 novembre nous fêtons : Sainte Elisabeth de Thuringe - Elisabeth de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
L’éducation ne peut suivre la pensée unique

Le Pape François a reçu une délégation du Bureau catholique international de l’enfance (BICE). Institué par le pape Pie XII après la Seconde guerre mondiale, cet organisme est basé à Paris.


   

"Né de la maternité de l’Eglise", a dit le Pape, le BICE "n’a cessé de diffuser les droits des mineurs en contribuant notamment à l’élaboration de la convention des Nations-Unies de 1989 et en collaborant constamment avec les délégations du Saint-Siège à New York, Strasbourg et Genève : Dans une société bien constituée, une attention particulière doit être apportée aux enfants et aux anciens.

Et à propos des premiers, il a déclaré se sentir "interpellé par tout le mal que nombre de prêtres, une minorité, ont fait en agressant sexuellement des mineurs. L’Eglise est consciente de ce drame. Ces prêtres ont également blessé l’Eglise et il faut agir pour traiter ce problème et prendre les sanctions qui s’imposent. Il faut agir avec force car on ne doit pas plaisanter avec l’enfance... De même est-il de première importance de développer des projets de lutte contre l’esclavage du travail, le recrutement des enfants soldats, la violence contre mineurs. Il faut donc rappeler le droit de l’enfant à grandir dans une famille, avec des parents capables de créer un climat favorable à leur développement et à leur croissance affective. Et il faut être très attentif en cela à bien insister sur le caractère masculin et féminin des parents. Parallèlement il convient de défendre le droit des parents à choisir le type d’éducation, y compris morale et religieuse, qu’ils veulent pour leurs enfants. Pas plus que sur les adolescents on ne peut soumettre les enfants à des expérimentations éducatives. Ils ne peuvent pas être des cobayes ! Les horreurs qu’elles ont produites en particulier lors des dictatures génocidaires conservent leur actualité sous des présentations plus modernes pour pousser enfants et jeunes vers la dictature de la pensée unique. Récemment un grand expert en éducation m’a confié que certaines fois on a l’impression d’envoyer les enfants dans des écoles qui ressemblent à des camps de redressement ».

Se former à l’anthropologie de l’enfant
« Oeuvrer en faveur des droits de l’homme, a poursuivi le Pape François, signifie avoir une claire formation anthropologique, être bien préparés à appréhender la nature humaine et à répondre aux défis d’une culture et d’une mentalité que diffusent les mass media. Il ne s’agit pas de se réfugier dans un système de protection dépassé et incapable de faire fleurir la vie... C’est avec toutes les valeurs de la personne qu’il faut faire face aux défis culturels. Offrez donc à vos cadres une formation permanente en matière d’anthropologie de l’enfant car c’est là que se trouvent les fondements des droits et des devoirs, de là que dépendent tous les projets éducatifs. Ces projets doivent aller de l’avant et s’adapter dans le respect de l’identité humaine et de la liberté de conscience".

Pensant au logo de la commission pour la protection de l’enfance et de l’adolescence de Buenos Aires, qui représente la Fuite en Egypte, le Pape a dit qu’il faut parfois fuir pour se défendre, parfois s’arrêter et combattre".

Source : Vatican Information Service du 11 avril 2014






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP