Aujourd'hui 20 octobre nous fêtons : Sainte Adeline - Abbesse à Mortain (✝ 1125)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte de Bernard Finot
[ Commentaire audio ]
Ecoutez Bernard Finot
Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Lundi 20 mars

Cette semaine, Bernard FINOT, diacre, nous accompagne dans cette Pause Carême



Saint Herbert
Ermite au milieu d’un lac en Angleterre (✝ 687)

   

Commentaire,

Solennité de saint Joseph

Quelle chance de démarrer cette semaine par la solennité de saint Joseph. Comment ne pas être admiratif devant sa confiance totale en Dieu. Cette confiance qui est pour nous si difficile parfois à accorder parce que notre intelligence humaine nous invite à vouloir tout maitriser, maitriser nos actions, à vouloir être témoins de la fécondité même de nos actions et de nous en attribuer les fruits et souvent de nous enorgueillir ? Seules les actions menées dans la confiance totale à Dieu seront fécondes et porteuses de fruits.
Benoit XVI nous dit : « Joseph est dans l’histoire, l’homme qui a donné à Dieu la plus grande preuve de confiance, même devant cette annonce aussi stupéfiante. « Ne crains pas de prendre chez toi Marie. » . »
Nous pouvons nous poser la question, comment aurions-nous réagi ?

Joseph lui, il écoute la voix de l’Esprit. Et cette grande confiance va tout de suite porter ses fruits, les premiers récits de la vie de Jésus dans les Évangiles nous montrent Joseph investi de son rôle de protecteur de la Sainte Famille à l’écoute de l’Esprit qui s’adresse à lui, en lui montrant le chemin, pour éviter les embûches.
Ce chemin que parcourt Joseph, chacun de nous a à le parcourir aussi. Nous avons toujours à relativiser notre propre compréhension des choses, pour découvrir une autre manière de voir, de comprendre. C’est dans cette attitude que nous avons à ouvrir l’Évangile, pour y découvrir le mystère de Dieu, pour y percevoir son dessein.
Saint Joseph est pour ainsi dire prêt à bondir. Il est prêt à se lever et à exécuter la volonté de Dieu, et Benoit XVI n’hésite pas à faire le parallèle entre le oui de Marie « Me voici ! Je suis la servante du Seigneur ! », et le oui de Joseph en prenant chez lui Marie. Toute sa vie est une succession de tels chemins acceptés.

Sommes-nous capables nous-mêmes d’un tel abandon, d’une telle confiance, d’un tel acte de Foi ? Saint Paul nous dit qu’on ne devient pas héritier par la loi, mais par la foi.
À l’image de saint Joseph, « l’homme juste, le serviteur fidèle et prudent », celui qui a su discerner la tâche que Dieu lui a attribuée, essayons nous aussi de nous consacrer pleinement à notre mission, à nous abandonner avec confiance pour discerner où l’Esprit nous envoie, pour être au service de l’Église et de nos frères et pour cela à accepter notre propre histoire comme Joseph le fit.

Bernard Finot

Première Lecture

« Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père »

Au deuxième livre de Samuel 2 S 7, 4-5a.12-14a.16

Cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Nathan :
« Va dire à mon serviteur David :
Ainsi parle le Seigneur :
Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
je te susciterai dans ta descendance un successeur,
qui naîtra de toi,
et je rendrai stable sa royauté.
C’est lui qui bâtira une maison pour mon nom,
et je rendrai stable pour toujours son trône royal.
Moi, je serai pour lui un père ;
et lui sera pour moi un fils.
Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

Psaume

Psaume 88, 2-3, 4-5, 27.29

Sa dynastie, sans fin subsistera.

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle. »

deuxième lecture

« Espérant contre toute espérance, il a cru »

De la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4, 13.16-18.22

Frères,
ce n’est pas en vertu de la Loi
que la promesse de recevoir le monde en héritage
a été faite à Abraham et à sa descendance,
mais en vertu de la justice obtenue par la foi.
Voilà pourquoi on devient héritier par la foi :
c’est une grâce,
et la promesse demeure ferme
pour tous les descendants d’Abraham,
non pour ceux qui se rattachent à la Loi seulement,
mais pour ceux qui se rattachent aussi à la foi d’Abraham,
lui qui est notre père à tous.
C’est bien ce qui est écrit :
J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de nations.
Il est notre père devant Dieu en qui il a cru,
Dieu qui donne la vie aux morts
et qui appelle à l’existence ce qui n’existe pas.
Espérant contre toute espérance, il a cru ;
ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations,
selon cette parole :
Telle sera la descendance que tu auras !
Et voilà pourquoi
il lui fut accordé d’être juste.

Évangile

« Joseph fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1, 16.18-21.24a

Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
de laquelle fut engendré Jésus,
que l’on appelle Christ.
Or, voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Quand Joseph se réveilla,
il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.


- Au deuxième livre de Samuel 2 S 7, 4-5a.12-14a.16
- Psaume 88
- De la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4, 13.16-18.22, 2-3, 4-5, 27.29
- Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1, 16.18-21.24a





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP