Aujourd'hui 10 novembre nous fêtons : Saint Léon le Grand - Pape (45 ème) de 440 à (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Méditation du mardi 15 mars à télécharger
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez la Pause Carême de l’équipe Mission
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Mardi 15 mars

    La Pause Carême d’aujourd’hui nous est proposée par Jean-Charles Clairc membre de l’équipe mission du Diocèse de Valence en charge de l’année de la Miséricorde.


       

    Méditation

    Dans l’évangile de Jean on peut s’interroger sur ce que veut nous dire Jésus aujourd’hui.
    Jésus nous rappelle que personne hormis Lui ne peut aller au Paradis par ses propres forces. Et encore, Lui, il nous dit que c’est parce qu’Il est en relation avec son Père et son Père avec Lui.
    Le paradis n’est donc à obtenir ou gagner par ses moyens. C’est un don que l’on peut accueillir.
    Jésus nous montre sa manière d’être. Quand il parle du Paradis, en effet, il s’efface complètement pour laisser la place à son Père. Ainsi, c’est le Père qui parle en Jésus.
    Quand Jésus nous dit :" Vous vous êtes de ce monde, moi je ne suis pas de ce monde"
    Cela me renvoie à une phrase qu’il dira à ses disciples en Jean, lorsqu’il compare la vigne et le Vigneron. « Vous, vous n’êtes pas de ce monde car je vous ai choisi au milieu du monde » (Jean 15,19).
    Jésus nous appelle à suivre son exemple pour être comme Lui
    Jésus nous appelle donc à suivre son exemple pour, comme Lui, prendre racine en Dieu par notre baptême, Par sa parole, dans la prière pour vivre dans le monde.
    Une autre manière de méditer cet évangile peut être d’écouter ce passage de Chiara Lubich :
    "Jésus est mort pour nous. Jésus est donc mort pour moi : Dieu est mort pour moi.
    Voilà la grandeur de l’homme : un Dieu est mort pour lui. On peut certes parler d’humanisme, lui donner toute la force du christianisme, pourtant personne ne parviendra à un tel sommet. Personne n’a jamais eu autant de considération pour l’homme que Dieu, qui l’a aimé, et l’a aimé jusqu’à mourir pour lui. Plutôt que penser à l’humanisme chrétien, je préfère penser que Jésus, Dieu, est mort pour moi.
    Commet ne pas être heureux, comment ne pas gouter la vie en lui, comment ne pas lui offrir nos peines ?
    Si Jésus est mort pour moi, il pense toujours à moi, il m’aime sans cesse.
    Et moi ? Je désire penser toujours à Lui, je veux l’aimer sans cesse. »


      TEXTES DU JOUR
    • LECTIO 1
      mardi 15 mars 2016 : Livre des Nombres 21,4-9.

      En ces jours là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !

      PSALMUS
      mardi 15 mars 2016 : Psaume 102(101),2-3.16-18.19-21.

      Seigneur, entends ma prière : que mon cri parvienne jusqu'à toi ! Ne me cache pas ton visage le jour où je suis en détresse ! Le jour où j'appelle, écoute-moi ; viens vite, réponds-moi ! Les nations craindront le nom du Seigneur, et tous les rois de la terre, sa gloire : quand le Seigneur rebâtira Sion, quand il apparaîtra dans sa gloire, il se tournera vers la prière du spolié, il n'aura pas méprisé sa prière. Que cela soit écrit pour l'âge à venir, et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu : « Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s'est penché ; du ciel, il regarde la terre pour entendre la plainte des captifs et libérer ceux qui devaient mourir. »

      LECTIO 2
      mardi 15 mars 2016 :

      EVANGELIUM
      mardi 15 mars 2016 : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,21-30.

      En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP