Aujourd'hui 17 novembre nous fêtons : Sainte Elisabeth de Thuringe - Elisabeth de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Match
   

Au fait, de quel match parle t-on ?

Naturellement, on pense à ceux de la coupe du monde, dans les lieux mêmes où le Pape François a rassemblé des millions de jeunes aux JMJ, l’an dernier. Et les matchs de la coupe du monde, tout en restant pacifiques, ne sont pas moins guerriers...

On peut penser aussi à ceux de la justice avec les politiques. Ils sont moins pacifiques et déroutent un peu. "Qui suis-je pour juger ?". On aimerait que cette interrogation du Saint Père traverse les lignes de la médiatisation à outrance...

Il y a aussi ceux du tennis international, magnifique de ténacité et de mise en valeur du sport, pas seulement pour le spectacle, mais aussi pour la beauté de l’homme.

Il y a le Tour de France, à nouveau, avec l’engouement public, le soutien magnifique des amateurs, les passionnés le long des routes, et la boucle finale qui vibre et ferme le spectacle. Occasion aussi de rappeler que chaque année, des prêtres (et des religieuses aussi...) s’engagent dans une course de vélo qui mériterait un plus large public !

Il y a nos matchs, les nôtres, ces moments de vie contre la maladie, la solitude, la désespérance, les assauts de la méchanceté ou de l’ignorance. Et ces luttes que nous contrôlons mal, parce qu’un match c’est toujours un combat : pas facile d’accepter ou de pardonner.

Au bout du compte, nous sommes des Jacob en lutte contre la face obscure de nos vies. Jacob est seul. La nuit est tombée. Il entre dans un combat – un match – qui va durer toute la nuit. Il se fait lutteur comme pour nous dire que le visage de l’autre nous échappe toujours. Sauf à engager le match qui réduit nos manques. Et nous propose la protection de l’ange.

Au foot, au tennis, en vélo, dans la justice, en politique, face à la souffrance des autres, et dans nos propres combats, nous sommes toujours invités à gagner dignement un match.

Car le Seigneur nous accompagne. Et nous envoie son ange.

Bruno Dardelet
Drôme-Hebdo du jeudi 10 juillet






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP