Aujourd'hui 20 novembre nous fêtons : Saint Edmond le Martyr - roi d’Est-Anglia, (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Télécharger le texte du P. Philippe Maurin
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez le P. Philippe Maurin
  • Depuis le site www.rcf.fr

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Mercredi 18 février 2015

    Cette semaine c’est le père Philippe MAURIN, vicaire épiscopal en charge du Pôle Solidarité et curé modérateur des trois paroisses de la Drôme des Collines, qui nous accompagne dans cette "Pause Carême".


       

    C’est mercredi et la Pause Carême c’est aussi pour les enfants -> accéder aux pages enfants.

    @

    L’année liturgique comporte un temps consacré à la pénitence. N’est-ce pas étrange ?
    Se tourner vers les choses sérieuses, rentrer en nous-mêmes, jeûner, n’est-ce pas un langage irréel ?
    Que signifie jeûner, faire pénitence quand on est en proie à la détresse ou à l’amertume ? quand l’horizon est bouché ? quand on ne mange pas à sa faim ?
    Oui, pour que notre carême n’en rajoute pas à ce qui pèse sur nos contemporains, et peut être aussi sur nous-mêmes, commençons par écouter notre Dieu.

    Trois phrases du prophète Joël peuvent éclairer le sens de notre carême.

    - Revenez à moi de tout votre cœur ; déchirez vos cœurs, non vos vêtements.
    Comme en Mathieu, il y a opposition entre le visible et le secret.
    Le prophète est témoin d’une espérance : l’homme n’est pas prisonnier du visible, du paraître, du m’as-tu-vu. Espérance qu’il existe un au-delà, un ailleurs de tout ce qui se voit, se touche, s’entend et s’affiche.
    Le carême est un chemin nouveau où il nous est possible de quitter nos masques et nos déguisements.
    Pèlerinage proposé à tous : anciens, enfants, nourrissons, jeunes, époux, prêtres
    Dans le secret, à chacun de trouver son lieu intime de vérité et là de faire retour, de se démaquiller.

    - Revenez au Seigneur.
    Comme dans la 2ème lettre aux Corinthiens, il est question de réconciliation.
    Le texte du prophète est un poème à la tendresse de Dieu.
    Un Dieu tendre, miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour, renonçant au châtiment, comblant de bienfaits. Un Dieu qui a lié son Nom à un Peuple. Un Peuple qui fait partie du Nom de Dieu. Il est Notre Dieu.
    Le carême est un chemin nouveau pour ne plus tricher, pour revenir à nous-mêmes et ainsi revenir à la découverte du visage de Dieu.
    Pèlerinage proposé à tous : anciens, enfants, nourrissons, jeunes, époux, prêtres
    Ensemble, nous sommes conviés à une renaissance qui passe par la redécouverte de Dieu.
    Le carême c’est ce temps de retraite individuel et communautaire, dont ni vous ni moi n’avons choisi la date, et que nous avons à vivre sans quitter nos lieux de vie, nos soucis, nos réalités quotidiennes.

    - Qui sait ? Il pourrait revenir.
    Oui qui sait ? Qui peut dire à Dieu ce qu’il doit faire ? Comment il doit agir ?
    Qui ? Hormis ceux qui s’autoproclament visionnaires ou utilisent Dieu !
    Alors beaucoup plus sérieusement le prophète entrouvre une porte
    Et si Dieu revenait ?
    Le carême ! Spontanément ce mot nous fait penser à efforts, privations, résolutions, serrer les dents, voire prendre la tristesse au sérieux. C’est à dire un carême qui part de nous pour aller vers Dieu.
    Si le pèlerinage du carême nous invite bien au combat, il part de Dieu pour nous amener à lui.
    Il fait pèlerinage avec nous.
    Alors joyeux carême !

    Père saint,
    à l’entrée de ce carême,
    Tu nous invites à revenir vers Toi.
    Puissions-nous obtenir le pardon de nos péchés
    et vivre de la vie nouvelle
    à l’image de ton Fils ressuscité.

    + P. Philippe MAURIN
    Le Carême est un temps de renouveau pour l’Église, pour les communautés et pour chaque fidèle. Mais c’est surtout un « temps de grâce » (2 Cor 6, 2).
    Dieu ne nous demande rien qu’il ne nous ait donné auparavant : « Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier » (1 Jn 4, 19). Il n’est pas indifférent à nous. Il porte chacun de nous dans son cœur, il nous connaît par notre nom, il prend soin de nous et il nous cherche quand nous l’abandonnons.

    Chacun de nous l’intéresse ; son amour l’empêche d’être indifférent à ce qui nous arrive. Mais il arrive que, quand nous allons bien et nous sentons à l’aise, nous oublions sûrement de penser aux autres (ce que Dieu le Père ne fait jamais), nous ne nous intéressons plus à leurs problèmes, à leurs souffrances et aux injustices qu’ils subissent… alors notre cœur tombe dans l’indifférence : alors que je vais relativement bien et que je suis à l’aise, j’oublie ceux qui ne vont pas bien. Cette attitude égoïste, d’indifférence, a pris aujourd’hui une dimension mondiale, au point que nous pouvons parler d’une mondialisation de l’indifférence. Il s’agit d’un malaise que, comme chrétiens, nous devons affronter.

    Pape François, Message du carême 2015

    Prophète Joël (Jl 2, 12-18)

    "Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements "

    Maintenant – oracle du Seigneur –
    revenez à moi de tout votre cœur,
    dans le jeûne, les larmes et le deuil !
    Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements,
    et revenez au Seigneur votre Dieu,
    car il est tendre et miséricordieux,
    lent à la colère et plein d’amour,
    renonçant au châtiment.
    Qui sait ? Il pourrait revenir,
    il pourrait renoncer au châtiment,
    et laisser derrière lui sa bénédiction :
    alors, vous pourrez présenter offrandes et libations
    au Seigneur votre Dieu.
    Sonnez du cor dans Sion :
    prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle,
    réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte,
    rassemblez les anciens,
    réunissez petits enfants et nourrissons !
    Que le jeune époux sorte de sa maison,
    que la jeune mariée quitte sa chambre !
    Entre le portail et l’autel,
    les prêtres, serviteurs du Seigneur,
    iront pleurer et diront :
    « Pitié, Seigneur, pour ton peuple,
    n’expose pas ceux qui t’appartiennent
    à l’insulte et aux moqueries des païens !
    Faudra- t-il qu’on dise :
    “Où donc est leur Dieu ?” »

    Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays,
    il a eu pitié de son peuple.

    Psaume : 50

    3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

    R/
    Pitié, Seigneur, car nous avons péché !
    (cf. 50, 3)

    Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
    selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
    Lave- moi tout entier de ma faute,
    purifie-moi de mon offense.

    Oui, je connais mon péché,
    ma faute est toujours devant moi.
    Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
    ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

    Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
    renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
    Ne me chasse pas loin de ta face,
    ne me reprends pas ton esprit saint.

    Rends- moi la joie d’être sauvé ;
    que l’esprit généreux me soutienne.
    Seigneur, ouvre mes lèvres,
    et ma bouche annoncera ta louange.

    Deuxième aux Corinthiens

    2 Co 5, 20 – 6, 2

    « Laissez- vous réconcilier avec Dieu. Voici maintenant le moment favorable »

    Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

    Frères,
    nous sommes les ambassadeurs du Christ,
    et par nous c’est Dieu lui- même qui lance un appel :
    nous le demandons au nom du Christ,
    laissez- vous réconcilier avec Dieu.
    Celui qui n’a pas connu le péché,
    Dieu l’a pour nous identifié au péché,
    afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
    En tant que coopérateurs de Dieu,
    nous vous exhortons encore
    à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.
    Car il dit dans l’Écriture :
    Au moment favorable je t’ai exaucé,
    au jour du salut je t’ai secouru.
    Le voici maintenant le moment favorable,
    le voici maintenant le jour du salut

    Evangile

    Mt 6, 1-6.16-18

    « Ton Père qui voit dans le secret te le rendra »
    Acclamation :
    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
    Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.
    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
    (cf. Ps 94, 8a.7d)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps- là,
    Jésus disait à ses disciples :
    « Ce que vous faites pour devenir des justes,
    évitez de l’accomplir devant les hommes
    pour vous faire remarquer.
    Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous
    auprès de votre Père qui est aux cieux.

    Ainsi, quand tu fais l’aumône,
    ne fais pas sonner la trompette devant toi,
    comme les hypocrites qui se donnent en spectacle
    dans les synagogues et dans les rues,
    pour obtenir la gloire qui vient des hommes.
    Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu fais l’aumône,
    que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
    afin que ton aumône reste dans le secret ;
    ton Père qui voit dans le secret
    te le rendra.

    Et quand vous priez,
    ne soyez pas comme les hypocrites :
    ils aiment à se tenir debout
    dans les synagogues et aux carrefours
    pour bien se montrer aux hommes
    quand ils prient.
    Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu pries,
    retire-toi dans ta pièce la plus retirée,
    ferme la porte,
    et prie ton Père qui est présent dans le secret ;
    ton Père qui voit dans le secret
    te le rendra.

    Et quand vous jeûnez,
    ne prenez pas un air abattu,
    comme les hypocrites :
    ils prennent une mine défaite
    pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent.
    Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense.
    Mais toi, quand tu jeûnes,
    parfume- toi la tête et lave- toi le visage ;
    ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes,
    mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ;
    ton Père qui voit au plus secret
    te le rendra. »


    - 1ère lecture : Jl 2, 12-18
    - Psaume 50
    - 2ème lecture : 2 Co 5, 20 – 6, 2
    - Evangile : Mt 6, 1-6.16-18





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP