Aujourd'hui 10 novembre nous fêtons : Saint Léon le Grand - Pape (45 ème) de 440 à (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
La méditation du mercredi 9 mars à télécharger
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Soeur Brice d’Amour et Soeur Marie Bernard
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Mercredi 9 mars

    Cette semaine c’est Soeur Brice d’Amour et Soeur Marie Bernard, de la Compagnie des soeurs de Ste Ursule de Valence, qui nous accompagnent dans cette Pause carême.


       

    Méditation

    Nous voici en ce Mercredi de la Quatrième semaine de Carême. Mercredi, le jour central de la semaine chrétienne. Jour pivot marquant un avant et un après. Un avant : la 1ère lecture nous y invite, nous sommes appelés à faire mémoire de notre histoire passée ; non pour en geindre mais, comme nous le rappelle l’Évangile du jour, pour y retrouver nos racines, notre filiation divine, pour y découvrir la trace de Dieu. Humer sa Parole et se laisser emplir de cet Amour inconditionnel qui seul peut renouveler en moi la Vie.
    Chacun et chacune de nous est appelé, de manière personnelle, à ce pèlerinage vers la vraie vie, la vie donnée et reçue en plénitude. Un pèlerinage, comme nous le redit l’Évangile, que nous ne pouvons pas faire seuls. Un pèlerinage où chacun de mes pas me rappelle que je suis fils et frère tout à la fois.
    Ainsi, la conversion que Jésus demande à ses disciples n’est-elle pas celle de l’amour ? Celle qui grave dans nos cœurs la certitude que « Dieu est tendresse et pitié », « qu’il est miséricordieux » c’est-à-dire penché sur nos misères ?
    Un tel amour ne peut que m’ouvrir à l’exultation, cette joie qui transporte le croyant jusqu’au cœur de Dieu. L’amour miséricordieux me libère de mes propres chaînes. Il m’apprend à reconnaître et à nommer mon pêché. Il m’ouvre à la grâce du pardon et à la vie renouvelée. Dieu m’aime d’un amour « viscéral », comme une mère aime l’enfant qu’elle a porté en elle, quelles que soient ses limites, ses pauvretés, ses fautes…

    Aujourd’hui il me faut choisir entre la confiance en Dieu et le soupçon : choisir la confiance, c’est croire une fois pour toutes que le dessein de Dieu est bienveillant.

    Seigneur, Dieu vivant et source de toute vie, quand comprendrons-nous que tu ne veux que notre vie et notre bonheur ? Les chemins qui mènent au Père déconcertent parfois notre bon sens terre-à-terre, notre goût de la tranquillité, voire notre paresse. Mais nous te le demandons Seigneur : appelle-nous, avec tous tes saints, sur la voie royale de ta croix et de ta joie. Donne-nous l’amour de ta Parole qui nous porte plus loin que nous n’oserions nous aventurer, car elle est « esprit et vie » à recevoir et à partager.


      TEXTES DU JOUR
    • LECTIO 1
      mercredi 9 mars 2016 : Livre d’Isaïe 49,8-15.

      Ainsi parle le Seigneur : Au temps favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut, je t’ai secouru. Je t’ai façonné, établi, pour que tu sois l’alliance du peuple, pour relever le pays, restituer les héritages dévastés et dire aux prisonniers : « Sortez ! », aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous ! » Au long des routes, ils pourront paître ; sur les hauteurs dénudées seront leurs pâturages. Ils n’auront ni faim ni soif ; le vent brûlant et le soleil ne les frapperont plus. Lui, plein de compassion, les guidera, les conduira vers les eaux vives. De toutes mes montagnes, je ferai un chemin, et ma route sera rehaussée. Les voici : ils viennent de loin, les uns du nord et du couchant, les autres des terres du sud. Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagnes, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ; de ses pauvres, il a compassion. Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. » Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas.

      PSALMUS
      mercredi 9 mars 2016 : Psaume 145(144),8-9.13cd-14.17-18.

      Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour ; La bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres. ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges. Le Seigneur est vrai en tout ce qu'il dit, fidèle en tout ce qu'il fait. ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges. Le Seigneur est vrai en tout ce qu'il dit, fidèle en tout ce qu'il fait. Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous les accablés. Le Seigneur est juste en toutes ses voies, fidèle en tout ce qu'il fait. Il est proche de ceux qui l'invoquent, de tous ceux qui l'invoquent en vérité.

      LECTIO 2
      mercredi 9 mars 2016 :

      EVANGELIUM
      mercredi 9 mars 2016 : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 5,17-30.

      En ce temps-là, après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux Juifs : « Mon Père est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre. » C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le tuer, car non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des œuvres plus grandes encore, si bien que vous serez dans l’étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie. Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. »





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP