Aujourd'hui 16 novembre nous fêtons : Sainte Marguerite d’Ecosse - Reine d’Ecosse (✝ (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
"Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le".
   

"Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le". Qui n’a pas entendu cette formule, à l’église ou dans un groupe de prière, avant de réciter un chapelet ou une autre prière ? Dieu ne nous est-il pas toujours présent ? Oui, mais sommes-nous présents à sa présence ? Se mettre en présence de Dieu veut dire : s’arrêter un moment, se recueillir, prendre conscience de sa présence en nous. Qu’importe si nous ne la ressentons pas lorsque nous prions, l’important est « d’être » en sa présence. C’est dans la foi profonde que nous rencontrons Dieu, au-delà de tout sentiment. Il réalise sa présence en nous, au présent.
Un cœur qui écoute
Si je me mets en présence de Dieu, ce n’est pas d’abord pour être bien dans ma peau, mais pour écouter ce que Dieu veut me dire. Cette écoute attentive se résume à un appel à aimer et à me laisser aimer au cœur même de la communion qui existe entre le Père, le Fils et l’Esprit. Toute prière chrétienne est une expérience trinitaire et filiale de communion, de présence et d’ouverture aux autres.
Le désir de la présence de Dieu
Quelle joie de porter toujours en soi ce trésor éternel comme une révélation de notre dignité ! On peut tourner notre cœur vers Dieu, l’aimer chaque instant, sans toujours penser à lui, ce qui est impossible. Le désir suffit, disait saint Augustin.
Désirer la présence de Dieu, c’est être déjà en sa présence. Tout peut donc devenir prière. C’est reposant pour soi et les autres. Il ne s’agit pas de posséder, d’acquérir, mais d’être simplement présent à soi-même, au monde et à Dieu avec nos blessures et nos fragilités. Nous vivons alors la présence de Dieu comme un repos et une grâce, sans rien prouver, sans vouloir épater la galerie.
Lorsque nous avons découvert en soi ce trésor de la présence divine, cette intimité amicale avec le Christ, nous devenons vraiment ce que nous sommes, une présence dans la Présence, à l’image de notre mère Marie. On peut être incompris, ignoré, insulté ; il suffit de descendre en soi quelques minutes, de faire un acte de foi, pour retrouver la paix du cœur, le contact avec Dieu. Cet exercice si simple rend l’action plus féconde. Rentrer en soi pour mieux remonter à Dieu et rayonner de sa lumière, ne serait-ce pas là le secret du bonheur ?






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP