Aujourd'hui 15 décembre nous fêtons : Sainte Nino - Vénérée en Géorgie (4ème s.)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Nous sommes en novembre....
   

Il commence à faire froid, il pleut, le ciel est gris. Les vacances, avec le soleil de l’été, sont déjà loin derrière nous.
Il y a des conflits en Syrie, en Irak, en Ukraine, en Asie. Des bombes tombent sur des intégristes religieux qui tuent froidement des hommes qui n’ont rien fait, au nom de quelque chose qui est loin de la religion.
Le chômage a augmenté, encore. L’économie est toujours en chute libre. Nous n’avons plus confiance en nos hommes politiques, qui pensent avoir tous les droits. Les médias nous disent que plus rien ne va. Et en plus, nous sommes en novembre, le mois soit disant, le plus triste de l’année. Bref, tout est fait pour que nous n’ayons plus le moral et que nous n’espérions plus rien...,

Quel sombre tableau avons nous devant nous ! Mais si je lève un tout petit peu les yeux vers l’avenir, si je cherche un peu dans les journaux, je découvre qu’il y a des gens qui s’entraident, qui soutiennent ceux qui sont dans la difficulté. Il y a mon voisin qui me dit tous les jours « bonjour » avec le sourire, ou encore cette personne que j’ai laissé passer au passage piétons et qui m’a fait un grand sourire pour me remercier. Il y a ces enfants qui sortent de l’école en riant à perdre haleine, ce jeune qui laisse sa place à une vieille dame dans le bus. Toutes ces associations qui sont présentes dans les hôpitaux, auprès des personnes âgées, dans les rues, comme par exemple le secours catholique ou populaire qui aident au quotidien, il y a le personnel médical qui est présent auprès des souffrants.

Et en plus, il y a cette petite lumière de vie du 24 décembre que l’on voit à peine, mais qui est bien présente.

Et pour moi chrétien, il y a cette espérance de pouvoir, en toute liberté retrouver mes frères et soeurs chrétiens le dimanche à la messe. Il y a ces moments de prière seul(e) ou avec d’autres qui me font du bien, qui me donnent l’espérance que je ne suis pas seul(e), la confiance en Jésus-Christ.

Bref tout est fait pour que je puisse voir la Vie, elle est belle, et ça vaux le coup de vivre malgré toutes les difficultés.

Tout compte fait, le mois de novembre n’est pas si triste que ça..
Ah, j’oubliais de vous dire : j’aime bien le mois de novembre, il est plein d’espoir.

Luc DUVERGEY
Editorial - Les Echos de novembre 2014






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP