Aujourd'hui 19 septembre nous fêtons : Saint Janvier de Naples - Evêque et martyr à (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Poursuivre le chemin de la miséricorde

Le chemin de la miséricorde ne s’arrête pas le dimanche 13 novembre, jour de sa clôture dans le Diocèse mais est bien à poursuivre... nous dit Mgr Michel.


   

En cette fin d’année jubilaire de la Miséricorde, je vois deux événements marquants à vous partager :

Fin octobre : le pèlerinage sur la route de Compostelle avec la communauté l’Arche d’Hauterives (de Marciac dans le Gers jusqu’à Saint Jean-Pied-de-Port)
Fin novembre : le pèlerinage à Rome avec 250 élus de notre région, dont 40 de la Drôme !

Ces deux temps forts donnent le ton de la clôture de l’année jubilaire de la miséricorde. Ou plutôt indiquent que le chemin de la miséricorde ne s’arrête pas mais est bien à poursuivre.
Ces deux pèlerinages auxquels je vais avoir le bonheur de participer, de bout en bout, me montrent l’actualité de la miséricorde avec les personnes fragiles comme avec ceux qui portent le souci du bien commun.

Le dimanche 13 novembre, j’ai présidé à la cathédrale la célébration d’action de grâce pour tout notre diocèse. Ensemble, nous avons chanté le Magnificat pour remercier le Seigneur de nous avoir dévoilé son cœur de Père de tant et tant de manières au cours de cette année de grâce.

Il y a ceux qui ont franchi l’une des portes saintes et ont ainsi goûté de façon nouvelle comment le Christ ouvre nos cœurs à l’amour et au pardon ; d’autres ont redécouvert, dans le secret, la force du sacrement du pardon ; d’autres encore ont osé faire un pas vers une vie nouvelle car ils se sont sentis écoutés, accueillis, portés par des frères…
Enfin, en cette fin de jubilé de la miséricorde, grâce à l’exhortation apostolique sur la joie de l’amour, je prends tout spécialement dans la prière, en invitant toute la communauté diocésaine à faire de même, toutes les familles en difficulté, qui traversent de douloureuses épreuves de maladie, de chômage, de rupture ou de division en leur sein.
Et je crie vers Dieu pour que les responsables politiques d’aujourd’hui et de demain prennent conscience de l’importance que représentent les familles pour la société et combien il est urgent que la vie soit accueillie et respectée. Nous porterons plus particulièrement cette demande lors de veillée de prière pour la vie naissante du samedi 26 novembre, en communion avec toute l’Église.

Ensemble, poursuivons la pratique des œuvres de miséricorde aussi bien corporelles que spirituelles Ouvrons nos yeux, comme le demandait le Pape François dès l’ouverture du jubilé, pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et sœurs privés de dignité, et sentons-nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l’aide (MV 15).

À l’approche du temps de l’Avent, ne ratons pas le rendez-vous du sacrement de pénitence et de réconciliation, et au cas où nous doutons encore de ses bienfaits, n’hésitons pas à interroger quelques jeunes qui en ont fait l’heureuse expérience à Cracovie l’été dernier !

Je confie tous les fruits du jubilé de la miséricorde, ainsi que la route à poursuivre à Notre Dame de Fresneau, dont le sanctuaire devient pour notre diocèse le sanctuaire particulièrement dédié à la miséricorde.

Mgr Pierre-Yves Michel

Évêque de Valence






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP