Aujourd'hui 20 octobre nous fêtons : Sainte Adeline - Abbesse à Mortain (✝ 1125)

Diocèse de Valence

[ Commentaire audio ]
Ecoutez Bernard Finot
Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Samedi 25 mars

Cette semaine, Bernard FINOT, diacre, nous accompagne dans cette Pause Carême



Annonciation
L’annonciation à la Vierge Marie

   

Commentaire

Aujourd’hui, 25 mars, fête de la solennité de l’Annonciation, c’est un jour de fête ! La liturgie nous invite à laisser la couleur violette pour prendre le blanc, couleur de Fête.

Comme il est beau et touchant ce récit de l’Annonciation. Il nous dit par quel chemin Dieu est venu sur notre terre, comment il est descendu des Cieux pour se faire contemporain de tout homme en naissant de Marie, cette humble jeune fille, tellement ordinaire, promise au charpentier du village.

Marie est bouleversée par cette irruption de Dieu dans sa vie. Tout de suite l’ange Gabriel la rassure : « Sois sans crainte Marie ». Ces mots s’adressent aussi à nous aujourd’hui, et le Pape Jean-Paul II nous l’a rappelé : « N’ai pas peur ! ». À la suite de Marie, nous devons avancer sur le chemin que Dieu nous trace, sans peur, nous croyons que rien n’est impossible à Dieu, et comme Marie, notre oui doit nous rapprocher de Lui. Dieu, ce jour-là, nous donne encore une preuve d’amour supplémentaire en se faisant homme au milieu des hommes, ce Dieu qui a pris un visage humain pour nous aimer jusqu’au bout, jusqu’à la mort sur la croix, pour sauver l’humanité toute entière.

Si nous voulons entrer dans l’esprit de la résurrection, si nous voulons rentrer dans ce grand mystère de la rédemption, nous devons nous rapprocher de Marie, elle qui a porté et donné le Christ au monde. Marie nous regarde avec le regard de Dieu sur chacun. « Elle nous regarde avec l’Amour même du Père. », nous dit Benoit XVI.
Nous sommes heureux d’avoir en Marie une telle mère, elle est pour nous le chemin le plus sûr pour aller vers son Fils.
Nous avons la chance pouvoir nous pencher sur les écrits de Marthe Robin, qui disait : « Je me sens de plus en plus attirée par la voie si humble, si parfaite de la Vierge Marie... Je me mets sous la garde de Jésus, complètement à l’école de Marie... ». Dans son livre Marthe, témoin pour aujourd’hui, Monseigneur Marchand souligne que « le don et l’abandon de Marthe rejoignent le don et l’abandon Marie dans sa phrase « qu’il me soit fait selon ta Parole » ».
Nous avons à accueillir ce mystère de l’incarnation et à nous livrer, à ce que Dieu veut faire de nos existences, en un mot, nous avons à dire notre "Oui".

Bernard Finot

Première lecture

« Voici que la vierge concevra »

Lecture du livre du prophète Isaïe 7, 10-14 ;8,10

En ces jours-là,
le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :
« Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !
C’est pourquoi le Seigneur lui-même
vous donnera un signe :
Voici que la vierge est enceinte,
elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel,
car Dieu est avec nous. »

Psaume

Ps 39 , 7-8a, 8b-9, 10,11

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté. (cf. Ps 39, 8a.9a

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur,
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

Deuxième lecture

« Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre »

Lecture de la lettre aux Hébreux 10, 4-10

Frères,
il est impossible que du sang de taureaux et de boucs
enlève les péchés.
Aussi, en entrant dans le monde,
le Christ dit :
Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande,
mais tu m’as formé un corps.
Tu n’as pas agréé les holocaustes
ni les sacrifices pour le péché ;
alors, j’ai dit : Me voici,
je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté,
ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre.
Le Christ commence donc par dire :
Tu n’as pas voulu ni agréé
les sacrifices et les offrandes,
les holocaustes et les sacrifices pour le péché,
ceux que la Loi prescrit d’offrir.
Puis il déclare :
Me voici, je suis venu pour faire ta volonté.
Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second.
Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés,
par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps,
une fois pour toutes.

Évangile

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1, 26-38

En ce temps-là,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.


- Première lecture du livre du prophète Isaïe 7, 10-14 ;8,10
- Ps 39 , 7-8a, 8b-9, 10,11
- Deuxième lecture de la lettre aux Hébreux 10, 4-10
- Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1, 26-38





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP