Aujourd'hui 10 novembre nous fêtons : Saint Léon le Grand - Pape (45 ème) de 440 à (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Samedi 5 mars à télécharger
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Pierre Bourdrel
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Samedi 5 mars

    Cette semaine c’est Pierre BOURDREL, diacre, médecin à la retraite, qui nous accompagnent dans cette Pause carême.


       

    Méditation

    Lc 18, 9-14
    Osée 5, 6 : « C’est la fidélité qui me plait et non les sacrifices, la connaissance de Dieu plutôt que les holocaustes ».
    Osée est ce prophète qui parle en 750 avant JC et qui révèle à Israël jusqu’où va l’amour de Dieu. Pour symboliser tout l’amour miséricordieux de Dieu pour son peuple, Osée épousera une prostituée qui, en plus, se révélera infidèle.
    Osée fait donc l’expérience dans sa vie, dans sa chair, de l’amour patient, fidèle, miséricordieux….et il a donc ces paroles que nous venons d’entendre…et qui vous rappellent certainement les paroles de Jésus. En effet, à deux reprises, Jésus reprendra ces paroles d’Osée : - la première fois après l’appel de Matthieu, lorsqu’on lui reproche de prendre son repas avec les pécheurs - la deuxième fois lorsque les pharisiens reprochent à Jésus l’attitude de ses disciples qui, traversant les champs, arrachent les épis et les mangent …….. C’est dire que cette phrase doit être importante !
    Alors, selon les traductions, il est dit « c’est la fidélité qui me plait » ou « c’est l’amour qui me plait »…et on peut y voir un petit clin d’œil. Il m’arrive d’écouter des amis, croyants et pratiquants (comme on dit), qui me disent faire ce qu’ils peuvent pour aimer Dieu… mais de ne pouvoir y arriver. Mais je les rassure : l’amour ne peut être qualifié ni mesuré seulement par notre ressenti, notre faire ou nos actes, mais plutôt par l’attitude de notre cœur dont la première est la fidélité. Que sert à un époux de dire à son épouse qu’il l’aime s’il ne lui est pas fidèle (ou vice versa !) ! Osée en a bien fait l’expérience et sait de quoi il parle ! He bien, pour aimer Dieu commençons simplement par lui être simplement fidèle c.à.d. à lui donner rendez-vous régulièrement, tous les jours, à prendre ne serait-ce que quelques minutes avec lui.

    Et le deuxième item dont parle Osée : c’est la connaissance de Dieu : « c’est la connaissance de Dieu qui me plaît plutôt que les holocaustes ». Comment pouvons-nous aimer Dieu si nous ne cherchons pas à le connaître un peu ? Notre foi n’est pas du sentimentalisme mais un désir de connaître Dieu par Jésus, de mettre nos pas à la suite de Jésus : alors pour cela, il nous faut connaître ce Jésus et j’oserai dire qu’il n’y a pas de foi sans un minimum de connaissance des écritures, tout au moins des Evangiles.
    Alors, profitons de ce temps de carême, pour consacrer quelques minutes quotidiennes pour Dieu et, pendant ce petit temps, lisons un passage d’Evangile.
    Il y a peu, je voyais une amie qui, après une maladie sérieuse, a décidé de « changer de vie » (c’est l’appel d’Osée de ce jour) : désormais, elle se lève quelques minutes plus tôt et commence sa journée par un temps de prière et de lecture de l’Evangile. Cette amie me disait : « Pierre, toute ma vie est transformée depuis ! ».
    Allons, confiance, toi aussi Jésus t’attend. Ne nous a –t-il pas dit : « cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira » ?


      TEXTES DU JOUR
    • LECTIO 1
      samedi 5 mars 2016 : Livre d’Osée 6,1-6.

      Venez, retournons vers le Seigneur !  Il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face. Efforçons-nous de connaître le Seigneur : son lever est aussi sûr que l’aurore ; il nous viendra comme la pluie, l’ondée qui arrose la terre. – Que ferai-je de toi, Éphraïm ? Que ferai-je de toi, Juda ? Votre fidélité, une brume du matin, une rosée d’aurore qui s’en va. Voilà pourquoi j’ai frappé par mes prophètes, donné la mort par les paroles de ma bouche : mon jugement jaillit comme la lumière. Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

      PSALMUS
      samedi 5 mars 2016 : Psaume 51(50),3-4.18-19.20-21ab.

      Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense. Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'acceptes pas d'holocauste. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. Accorde à Sion le bonheur, relève les murs de Jérusalem. Alors tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes ; alors on offrira des taureaux sur ton autel.

      LECTIO 2
      samedi 5 mars 2016 :

      EVANGELIUM
      samedi 5 mars 2016 : Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18,9-14.

      En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP