Aujourd'hui 12 octobre nous fêtons : Sainte Spérie - patronne de Saint-Céré (✝ (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte de Gilles Garait
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Gilles Garait
  • Depuis le site Rcf26
    Si le lecteur audio n’apparaît pas, mettez à jour "flash player" dans votre navigateur.

    [ Pause musicale ... ]
  • Le P. Guillaume Teissier a choisi : Voces Nordicae, album "What’s life ?" "Ubi Caritas"
  • Charles Péguy, dans Le proche du mystère de la deuxième vertu, dit :
    « La charité va malheureusement de soi. La charité marche toute seule.
    Pour aimer son prochain il n’y a qu’à se laisser aller, il n’y a qu’à regarder tant de détresse.
    Pour ne pas aimer son prochain, il faudrait se violenter, se torturer, se tourmenter, se contrarier. Se raidir. Se faire mal. Se dénaturer, se prendre à l’envers, se mettre à l’envers. Se remonter. La charité est toute naturelle, toute jaillissante, toute simple, toute bonne venante. C’est le premier mouvement du cœur. C’est le premier mouvement qui est le bon. La charité est une mère et une sœur ».

    Quel est l’acte de charité qui mettra au large mon cœur ? envers qui ? J’en demande la grâce au Seigneur.

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Vendredi 4 avril 2014

    Cette semaine c’est Gilles GARAIT, Diacre et membre de l’équipe diocésaine de la Pastorale de la santé, qui nous accompagnera dans cette « Pause Carême »


       

    1ère lecture Sg 2,1.12-22

    Conspiration des impies contre le juste

    Lecture du livre de la Sagesse

    Les impies ne sont pas dans la vérité lorsqu’ils raisonnent ainsi en eux-mêmes :
    « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à notre conduite, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d’abandonner nos traditions.
    Il prétend posséder la connaissance de Dieu, et s’intitule fils du Seigneur.
    Il est un démenti pour nos idées, sa simple présence nous pèse ; car son genre de vie s’oppose à celui des autres, sa conduite est étrange.
    Il nous regarde comme des gens douteux, se détourne de nos chemins comme s’il craignait de se salir. _ Il proclame bienheureux le sort final des justes, il se vante d’avoir Dieu pour père.
    Voyons si ses paroles sont vraies, regardons où il aboutira.
    Si ce juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et le délivrera de ses adversaires.
    Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience.
    Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un veillera sur lui. »

    C’est ainsi que raisonnent ces gens-là, mais ils s’égarent ; leur méchanceté les a rendus aveugles.
    Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu, ils n’espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée, ils n’estiment pas qu’une âme irréprochable puisse être glorifiée.

    Psaume 33, 17-18, 19-20, 21.23

    R/ Dieu est proche du malheureux.

    Le Seigneur affronte les méchants
    pour effacer de la terre leur mémoire.
    Le Seigneur entend ceux qui l’appellent :
    de toutes leurs angoisses, il les délivre.

    Il est proche du cœur brisé,
    il sauve l’esprit abattu.
    Malheur sur malheur pour le juste,
    mais le Seigneur chaque fois le délivre.

    Il veille sur chacun de ses os :
    pas un ne sera brisé.
    Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
    pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge.

    Evangile Jn 7, 2.10.14.25-30

    Conspiration contre Jésus

    Acclamation : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi ! Que pourrait un homme contre moi ? Le Seigneur est avec moi pour me défendre. Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi ! (Ps 117, 6-7)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    Lorsque les frères de Jésus furent montés à Jérusalem pour la fête, il y monta lui aussi, non pas ostensiblement, mais en secret.

    La semaine de la fête était déjà à moitié passée quand Jésus monta au Temple et se mit à enseigner.
    Quelques habitants de Jérusalem disaient alors : « N’est-ce pas lui qu’on cherche à faire mourir ? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien ! Les chefs du peuple auraient-ils vraiment reconnu que c’est lui le Messie ? Mais lui, nous savons d’où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d’où il est. »
    Jésus, qui enseignait dans le Temple, s’écria : « Vous me connaissez ? Et vous savez d’où je suis ? Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé dit la vérité, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. »

    On cherchait à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue.


    - 1ère lecture Sg 2,1.12-22
    - Ps 33, 17-18, 19-20, 21.23
    - Evangile Jn 7, 2.10.14.25-30


    Il y a 1 commentaire sur le forum de cet article :

    - 4 avril 18:51 Nathalie FABRE
    Le jour est venu pour le diocèse de Valence d’avoir un nouvel évêque ! Bienvenue au Père (...)



    S'identifier pour participer à la discussion Si vous n'êtes pas inscrits, merci de demander votre inscription à l'aide de ce formulaire.




                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP