Aujourd'hui 7 septembre nous fêtons : Sainte Reine - Martyre à Alésia, en Côte d’Or (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Téléchargez le texte de Marie-Noëlle Garrigou
[ Commentaire audio ]
Ecoutez Marie-Noëlle Garrigou
Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Vendredi 7 avril

Cette semaine c’est Marie-Noëlle Garrigou, orthodoxe, iconographe et mosaïste en Art Sacré, (atelier Mosaiciel), qui nous accompagne dans la Pause Carême.



Saint Jean Baptiste de La Salle
Fondateur des Frères des Ecoles Chrétiennes (✝ 1719)

   

Commentaire

Homélie de la Sainte Croix
de Père Nicolas Garrigou, prêtre orthodoxe, (Chapelle Notre-Dame de la Dormition à Saint-Jean-en-Royans)

Église Saint-Apollinaire de Ravenne - Mosaïque du 6e siècle

2ème partie
« […] je vais vous compter une petite histoire
qui illustre non sans « humour »… le sens de notre « croix personnelle »,
dont la taille… est proportionnée à « nos propres forces »,
et qui nous dit… comment il faut « porter sa croix tous les jours »,
et qui nous prépare ainsi à notre entrée dans la « vie éternelle » :
« Un homme… toujours insatisfait de lui-même… et mécontent des autres,
ne cessait de « rouspéter contre Dieu » en disant :
“ Mais qui a dit que chacun devait « porter sa croix » ?
Vraiment n’y a-t-il aucun moyen de « l’éviter » ?
J’en ai franchement marre de porter des « fardeaux aussi lourds » ! ”
Et Dieu l’entendit… Il lui montra en songe :
« l’existence des hommes sur terre … comme une immense procession ».
Chacun allait d’un pas imperceptible et régulier, « portant sa croix sur l’épaule ».
et il vit qu’il faisait Lui-même partie… de cet « interminable cortège ».
et avançait péniblement… portant « le poids de sa croix ».
au bout d’un certain temps… il s’aperçut « qu’elle était trop longue » :
Voilà se dit-il… pourquoi la marche était « si fatigante » ! “
Il suffirait pour cela… se dit-il… que je « la raccourcisse un peu »
et j’aurai « beaucoup moins de peine ».
Il s’assit sur une borne et… par quelques « entailles bien vigoureuses »,
il raccourcit sa croix… « d’une bonne longueur ».
Quand il repartit, il constata que sa marche était beaucoup plus rapide et plus légère.
Et sans « se fatiguer »… il atteignit l’endroit qui semblait être
la destination de cette « longue procession ».
C’est alors qu’il vit ;
« une limite de terre bordée d’un ravin comme une blessure béante dans le sol. »
et… qu’il découvrit que c’est au-delà de cette fracture que commençait
“ la Terre … du Bonheur Éternel. ”
En effet… l’autre côté du ravin laissait entrevoir un « spectacle enchanteur ».
Cependant… pour traverser… « il n’y avait ni pont… ni passerelle ».
Et pourtant… « tous les hommes et toutes les femmes passaient facilement »,
En effet… chacun descendait « sa croix des épaules »,
Et la posait sur « les deux bords du ravin »… et franchissait ainsi le gouffre.
Visiblement… toutes les croix semblaient être « faites sur mesure » :
Car elles reliaient exactement « les bords du précipice ».
Tous les gens passèrent… sauf lui.
En effet… quand il voulut traverser à son tour… il s’aperçut
Que la sienne n’était pas assez longue
Car… « Il avait raccourci sa croix »
Et elle était trop courte pour atteindre « l’autre côté du gouffre ».
C’est alors que désespéré… il éclata en sanglots :
Et dit… « Ah si j’avais su !... »
Mais il était « trop tard »… et il était inutile « de se lamenter » !
Nous pouvons ainsi imaginer… qu’en se réveillant de son rêve,
il était mieux disposé à porter sa croix « telle que la vie… le lui avait présentée. »

Marie-Noëlle Garrigou

Lecture

« Le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable »

Lecture du livre du prophète Jérémie 20’ 10-13

Moi, Jérémie,
j’entends les calomnies de la foule :
« Dénoncez-le ! Allons le dénoncer,
celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. »
Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent :
« Peut-être se laissera-t-il séduire…
Nous réussirons,
et nous prendrons sur lui notre revanche ! »
Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable :
mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas.
Leur défaite les couvrira de honte,
d’une confusion éternelle, inoubliable.

Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste,
toi qui vois les reins et les cœurs,
fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras,
car c’est à toi que j’ai remis ma cause.
Chantez le Seigneur, louez le Seigneur :
il a délivré le malheureux de la main des méchants.

Psaume Ps 17, 2-3, 4, 5-6, 7

R/ Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
il entend ma voix.

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.

Évangile

« Ils cherchaient à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10, 31-42

En ce temps-là,
de nouveau, des Juifs prient des pierres
pour lapider Jésus.

Celui-ci reprit la parole :
« J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes
qui viennent du Père.
Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? »

Ils lui répondirent :
« Ce n’est pas pour une œuvre bonne
que nous voulons te lapider,
mais c’est pour un blasphème :
tu n’es qu’un homme,
et tu te fais Dieu. »

Jésus leur répliqua :
« N’est-il pas écrit dans votre Loi :
J’ai dit : Vous êtes des dieux ?
Elle les appelle donc des dieux,
ceux à qui la parole de Dieu s’adressait,
l’écriture ne peut pas être abolie.

Or, celui que le Père a consacré
et envoyé dans le monde,
vous lui dites : “Tu blasphèmes”,
parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”.
Si je ne fais pas les œuvres de mon Père,
continuez à ne pas me croire.

Mais si je les fais,
même si vous ne me croyez pas,
croyez les œuvres.
Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus,
que le Père est en moi,
et moi dans le Père. »

Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter,
mais il échappa à leurs mains.

Il repartit de l’autre côté du Jourdain,
à l’endroit où, au début, Jean baptisait ;
et il y demeura.

Beaucoup vinrent à lui en déclarant :
« Jean n’a pas accompli de signe ;
mais tout ce que Jean a dit de celui-ci
était vrai. »

Et là, beaucoup crurent en lui


- Lecture du livre du prophète Jérémie 20’ 10-13
- Ps 17, 2-3, 4, 5-6, 7
- Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10, 31-42





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP